A propos des cours tous niveaux  
 
Accueil
 
Mon parcours
 
Les cours
 
Le yoga en quelques mots
 
Galerie de photos
 
Les idées reçues du yoga
 
Exemple de pratique
 
Contact
 
A propos

Il faut avoir des capacités physiques que je n'ai pas pour suivre le cours

J'ai du mal à suivre le rythme ... Je ne parviens pas à tenir en équilibre ... Je m'essouffle vite .... Je ne suis pas assez souple comme les autres élèves .... Je transpire beaucoup ... Et ça m'énerve ... D'autant que je ne comprends pas toujours ce que raconte le professeur : il parle en indien, fait des chants bizarres ….

 

Mais surtout je n’ai pas les capacités physiques requises pour faire les postures :  bref je suis trop nul.

 

Ici une question se pose sur le « niveau ».

 

 

Il n‘y a pas de niveau en yoga, du genre débutant ou avancé. Il y a ceux qui pratiquent et ceux qui pratiquent moins, voire pas du tout. On peut alors considérer ceux qui ne pratiquent pas souvent comme ceux étant les "débutants", et ceux qui pratiquent plus comme les "confirmés". Va pour cette définition.

 

On peut pratiquer souvent et toujours fréquenter un cours de hatha doux ou rien n’est physique, mais plus axé sur la concentration ou la méditation (celui qu’a suivi mon amie à ses dépens), un cours qu'on pourrait croire "facile".

 

De même un non initié peut aller voir ce qui se passe dans un cours d’ashtanga dit "avancé" et effectuer toute la première série d'une traite. Au mieux il parviendra à suivre la cadence, s’il possède les capacités physiques requises, au pire il suit comme il peut selon son ressenti, mais tente de se focaliser sur ce qui se passe au niveau émotionnel.

 

Dans les deux cas, on profite pleinement de la pratique.

 

 

 

Ainsi, je propose de définir les termes communément usités de la façon suivante :

 

Débutant : commence sa pratique.

Confirmé : pratique régulière

 

Facile (ou niveau 1) : cours n’engageant que des postures faciles à réaliser, ne nécessitant pas une condition physique particulière

 

Intermédiaire ou Avancé (niveaux supérieurs à 1) : cours plus rythmé et/ou engageant des postures intermédiaires ou au-delà : une adaptation de quelques heures de cours est nécessaire (on parle d’ « ajustement ») et requiert une condition physique adaptée (ie : pas de mal de dos, le plus souvent).

 

Ainsi le tableau suivant devient plus clair :

 

Qui peut suivre quoi ?

Elève Débutant 

Elève Confirmé 

Cours Facile 

X

X

Cours Intermédiaire / Avancé

 

X

Cours Tous niveaux 

X

X

 

 

Les cours sont en général présentés comme étant « tous niveaux ». Cela ne veut rien dire, et chaque professeur fait selon l’enseignement qu’il aura reçu, selon son vécu et selon ses envies du moment. Certains sont exigents sur le plan émotionnel, d’autres sur le plan physique, d’autres sur les alignements ou la force de la respiration. Cette appellation doit se comprendre comme « tout le monde peut venir ».

 

Il faut bien exploiter les cours d’essai pour se faire une idée. Tout le monde en propose. On trouve des pratiquants qui se définissent comme des « débutants avancés ».

 

De toutes façons, se donner des objectifs physiques particuliers me parait illusoire (du genre, je vais m'assouplir ou je vais être plus fort musculairement). Pourquoi ?

 

 

    

Car en yoga, ne l'oublions pas, c'est comme si on signait un contrat : c'est un engagement, c'est à dire qu'on s'engage à intégrer une pratique dans son quotidien à intervalle  régulier (si certains studios limitent leurs 10 cours à 6 mois, ce n'est pas pour rien).

 

On focalisera au début sur ses limites, qui seront nombreuses. La phase de prise de conscience du corps des débuts va être un révélateur terrible, surtout quand on voit des  élèves réguliers qui maitriseront leur pratique d'une manière déroutante.

 

Mais au fil du temps, on se rendra compte que le lâcher prise est bien présent, la relaxation finale ne sera plus un moment d'endormissement, il se passe quelque chose car on maitrisera mieux son souffle et son mental. Et donc sa capacité de concentration. A ce stade, les énergies circulent de façon très fluide dans l’organisme. La sensation de bien être est omni présente.

 

 

 

Cette adaptation émotionnelle et psychique va aller de pair avec une adaptation du corps, sans même que vous vous en rendiez compte.

 

Si on considère la pratique sous l’angle purement physique des asanas (c’est souvent le cas dans le yoga occidental), nous pouvons considérer que cette adaptation va influer sur trois éléments majeurs :

 

-      la souplesse globale : le corps va se détendre, le dos se relever, se délier, on adoptera une posture droite et équilibrée par élimination des tensions, la démarche va être plus ample et plus agréable, on se sentira très léger, avec aux oubliettes les sensations de jambes lourdes.

 

-      le renforcement musculaire : certains muscles sollicités pour entrer dans les asanas vont se renforcer naturellement. Ca ne remplacera pas des séances de muscu, mais l’effet sur la tonicité sera bien visible. Sans quoi, pas de posture.

 

-      l’équilibre : on a tendance à l’oublier, mais la pratique développera aussi le sens de l’équilibre. Certaines postures sont très vicieuses.

 

Posture de la "tête de vache" : posture classique qui met en relief une dissymétrie du corps dans son ensemble. "On y arrive plus facilement d'un côté que de l'autre". Le yoga va aussi réparer cela et renforcer équitablement chaque côté.

 

Une modification positive de ces éléments va opérer sans bien même s’en rendre compte au quotidien, car dans la phase de prise de conscience (lors des premiers cours surtout), le focus sera porté sur le ressenti, c'est-à-dire sur sa capacité à canaliser les flux énergétiques, par une maitrise de la respiration. En clair on va plutôt rechercher à :

 

-      entrer dans la posture, en respectant l’alignement requis. Ici la présence du professeur est indispensable ;

 

-      trouver l’équilibre pour ouvrir les chakras, c'est-à-dire permettre à l’énergie de circuler. On va donc tâtonner plusieurs fois, quitte à se confronter à son propre corps, qui ne voudra pas, ou voudra, jusqu’à trouver le bon compromis. Ca dépendra des jours. Il y a des jours avec et des jours sans.

 

-      Profiter de cet équilibre par une sensation de bien être, de maîtrise. Ici on doit se sentir bien. Les énergies circulent et créent une sensation de chaleur interne très positive. Dans le même temps on évacue les tensions, donc les énergies négatives.

 

Page suivante

 

© 2015 Mikeyogaparis